Que ressent votre bébé lorsqu’il naît, et au cours de ses premières semaines parmi nous ?  Comment se passe l’éveil des sens du bébé, à quel point ses 5 sens sont-ils développés et que lui permettent-ils de percevoir de notre monde, et de nous-mêmes ?

Vous comprendrez dans cet article pourquoi nos bébés sont “petits mais costauds” dès la naissance, et comment ils peuvent dès leur arrivée au monde le comprendre – en partie, et interagir avec lui. Nous nous permettrons de vous partager quelques conseils et retours d’expériences, issus des recommandations des spécialistes et de leur application à notre propre cas de néo-parents !

Bien sûr, nous ne sommes pas médecins ni psychologues. Cet article ne doit en aucun cas être considéré comme un avis médical.Toute question médicale doit être posée à un médecin.

L’échange et l’attachement, les clés de l’éveil et du développement de votre bébé

Nous le verrons un peu plus bas, nos bébés sont déjà largement capables de percevoir le monde qui les entoure lorsqu’ils le rejoignent. Ils sont néanmoins bien évidemment extrêmement immatures et dépendants, et ont besoin d’une relation “chaleureuse, intime et continue” pour se développer (Laurence Pernoud, in J’élève mon enfant).

Se mettent alors en place pour lui des “figures d’attachement”, terme cher aux psychanalystes et psychologues, qui permettent au nourrisson de ressentir sérénité, sécurité et stabilité.

Ces figures d’attachement, ce sont bien sûr la.les mère.s, le.s père.s, et/ou les personnes qui prendront soin de l’enfant en répondant à ses besoins vitaux (être nourri, dormir, être changé dans un premier temps 🙂 ) dans un climat apaisé (autant que possible), bienveillant et empli d’affection.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Comment votre bébé apprend-il à parler ?

De nombreux spécialistes, comme le très reconnu pédiatre américain T.B. Brazelton considèrent l’attachement comme le socle de la confiance en soi et de l’autonomie future de l’enfant.

Les bases étant posées, voyons à présent ce que l’enfant perçoit concrètement de son environnement lorsqu’il naît, et comment interagir avec lui de manière appropriée pour développer cet attachement si bénéfique.

Eveil bébé

Les sens du nouveau-né

Votre bébé a développé ses 5 sens dès la vie intra-utérine – bien que de manière incomplète !

Le sens du toucher se développe dès les premières semaines de grossesse passées. 

Puis après 2 mois environ, votre bébé réagit déjà à vos caresses. Il a également développé le goût et l’odorat – il reconnaît le “parfum” du liquide amniotique et distingue les 4 saveurs de base : sucré, salé, amer et acide avec une préférence pour le sucré !

Dès 6 mois, ses tympans ont terminé de se former – même s’il faudra encore plusieurs années pour que le système auditif devienne complètement mature – et il perçoit les sons venus de l’extérieur ainsi que les variations de rythme et d’intonation. Il est donc déjà possible de créer et développer un lien fort avec votre enfant pendant la grossesse !

 D’ailleurs, des études comme celle de l’équipe de la Professeure Maryse Lassonde du département de Psychologie de Montréal ont démontré que le bébé reconnaît la voix de sa mère dès la naissance. L’étude en question portait sur des nourrissons nés depuis seulement quelques heures (8 à 27h précisément). Pour en savoir plus sur cette étude, cliquez ici.

La vision se met en place en dernier vers 7 mois – imparfaitement – et le foetus perçoit alors des ombres, et parfois une lumière plus forte si elle est braquée sur le ventre de la maman.

Que perçoit un nourrisson ? 

Concrètement, lorsqu’il naît et dans les premières semaines de sa vie, votre bébé voit “nettement” les formes et particulièrement les visages, dès-lors qu’ils sont situés à moins de 20 cm de ses yeux. Au-delà de 50 cm, sa vision est complètement floue !

Il remarque ce qui brille, distingue la lumière et l’obscurité et est particulièrement sensible aux contrastes : noir et blanc, rouge et blanc… Il repère de manière plus saillante la limite cheveux/front, les yeux et la bouche. 

Cela n’a rien d’étonnant, nous sommes programmés pour reconnaître les émotions… qui sont caractérisées par des mouvements spécifiques des yeux, de la bouche et du nez ! 

Vous pouvez donc retenir l’attention de votre bébé et créer du lien avec lui dès son arrivée parmi nous, en vous rapprochant de son visage et en lui parlant distinctement, en souriant, ou en faisant toute sorte de grimaces, tout près de lui !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Super Parent |Mode d'Emploi

Votre bébé pourra d’ailleurs déjà essayer de mimer certains comportements, comme le fait de tirer la langue.

Sa vue s’améliorera rapidement pendant les mois qui suivent : il fixera les objets (à 1 mois), puis les suivra des yeux (à 3 mois), distinguera les couleurs primaires (à 4 mois) puis les reliefs (à 6 mois).

Pour ce qui est des sons, comme nous l’avons évoqué plus haut, son ouïe est déjà bien développée, et il reconnaît déjà certains sons, comme la voix de ses parents, ou peut-être même certaines musiques qu’il a pu entendre au cours de la grossesse.

Nous vous avons partagé à ce sujet le “protocole” musical aussi simple qu’efficace que nous avons mis en place avec notre fils pendant plusieurs mois : vous pouvez le découvrir en cliquant ici.

Sens bébé

Quant à l’odorat, c’est le sens le plus développé avec le toucher. Nos bébés nous reconnaissent notamment à notre odeur, qui les rassurent. C’est pour cela que l’on vous a peut être conseillé d’éviter les parfums. 

Selon le chercheur Benoit Schaal, l’odorat peut même être exploité pour améliorer les problèmes de sommeil : des chercheurs marseillais ont utilisé des mouchoirs imprégnés de l’odeur maternelle, déposés à côté des enfants la nuit. Cela a permis pour certains d’améliorer leur sommeil sans médicament.

Enfin, les sensations et le sens du toucher sont particulièrement développés. Le toucher constitue ainsi une manière tout à fait indiquée de communiquer avec votre nouveau né. Vous arriverez sans doute rapidement à identifier les gestes qui le calment, le stimulent, ou lui sont désagréables.

Le livre de référence “Laurence Pernoud – J’élève mon enfant” nous permet à ce titre d’avoir quelques repères en tête :

  • Observez l’ouverture du corps et des mains (signe de plaisir ou de détente), ou au contraire les gestes de crispation (signes de déplaisir) ; le fait de détourner le regard peut signifier que la fatigue s’installe et qu’il a besoin de se reposer
  • Essayez de solliciter votre bébé lorsqu’il est éveillé et vous semble alerte et prêt à communiquer. Les nourrissons ont des cycles de sommeil plus courts, où alternent plus rapidement sommeil profond et sommeil paradoxal. Dans ce dernier, le bébé peut s’agiter et donner l’impression de s’éveiller alors qu’il est toujours bel et bien endormi. Il est donc intéressant d’attendre avant de le prendre, afin de vérifier s’il se réveille réellement ou s’il s’agit de sommeil paradoxal, auquel cas il est préférable de le laisser dormir ! Au départ, les phase d’éveil “alerte” ne seront que de quelques minutes, puis elles augmenteront progressivement. 
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Evénement interblogueurs Petit mais Costaud

Bien sûr, chaque bébé a son propre rythme, à nous de comprendre notre bébé (ce qui peut prendre un peu de temps et d’énergie !) et de nous y adapter 🙂 

  • Les bébés aiment (pour la plupart) être contre nous, enveloppés de nos bras. Il peuvent également chercher à retrouver les limites physiques qu’ils percevaient à l’intérieur de l’utérus, ce qui peut se traduire par des gesticulations désorganisées, à la recherche d’appui. Dans ce cas, il peut être utile de tester l’emmaillotage. Vous pouvez également tout simplement placer une main contre la tête du bébé, et une autre main contre les pieds, en aidant doucement votre bébé à replier les jambes, ce qui lui permet de se regrouper et de ressentir des limites physiques apaisantes. C’est la technique que nous avons mise en place pendant plusieurs mois en réanimation néonatale !

Il est ici important de casser définitivement une idée reçue. Comme nous disait la psychomotricienne à l’hôpital où nous avons “vécu” les premiers mois avec notre fils prématuré : “portez vos enfants, ça ne sera jamais trop, ils en ont besoin”. Alors décomplexez : portez les autant que vous le souhaitez, ils n’en prendront pas pour autant de mauvaise habitude, sinon celle d’être heureux et sereins !

Pour aller plus loin : 

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager :)
Petit mais costaud

Accédez gratuitement aux fiches pratiques, résumés d'articles et contenus exclusifs réservés aux abonnés