Vous vous êtes peut-être demandés comme nous, comment votre bébé apprend à parler, et plus particulièrement comment l’aider plus tard à apprendre plus facilement une langue étrangère, a fortiori l’anglais.

Eh oui, il existe de nombreux parents, dont nous reconnaissons avoir fait partie, qui regrettent de ne pas être bilingues afin de permettre à nos progénitures de parler couramment plusieurs langues depuis le berceau ou presque.

Les quelques lignes ci-dessus sont bien sûr à prendre sur le ton de l’humour. Néanmoins, vous apprendrez dans cet article comment fonctionne l’apprentissage de la langue maternelle par le tout petit, et comment faire pour transformer votre enfant en polyglotte avant l’âge si telle est votre ambition.

Apprendre l'anglais aux enfants

L’apprentissage du langage par les bébés

La vision traditionnelle du langage par les bébés se décompose en trois étapes :

  • De 0 à 1 an, le bébé babille et découvre la phonologie, c’est à dire les différents sons (il vous émerveille avec ses ba-ba, pa-pa, ta-ta etc…)
  • De 1 à 2 ans, il apprend des mots isolés et se constitue un premier lexique
  • De 2 à 3 ans, il découvre la syntaxe et apprend à formuler des phrases

Malheureusement, bien qu’elle semble logique, cette vision est fausse et est aujourd’hui largement démentie par la science. 

La bonne nouvelle, c’est que nos bébés sont bien plus intelligents.

Ils comprennent les mots, et le sens des phrases bien avant de savoir s’exprimer. 

Il reconnaissent par exemple des mots de leur quotidien, comme biberon, dès 6 mois.

Ils sont également capables dès la naissance de distinguer tous les sons, même ceux qui n’appartiennent pas à leur langue maternelle.

C’est cette capacité et la manière dont elle évolue qui nous intéressent pour le sujet du jour : comment apprendre l’anglais à notre bébé.

Apprendre l’anglais aux bébés, que disent les neurosciences ? 

Nos bébés peuvent donc reconnaître et distinguer des sons (“phonèmes”) que nous ne pouvons nous-mêmes plus distinguer à l’âge adulte. Par exemple, si votre unique langue maternelle est le français, vous ne pouvez pas saisir et reproduire complètement la distinction entre le “V” et le “Th” anglais. Votre enfant, lui, pourrait en être capable.

Selon Alex de Carvahlo, docteur en sciences cognitives, cette capacité décroit ensuite fortement entre 6 et 10 mois, et disparaît progressivement. 

Des études comme celles des chercheurs Fledge, Munro et MacKay de 1995 tendent à démontrer qu’il existe une fenêtre critique – jusqu’à la fin de la puberté selon le chercheur Leidenberg – pour démarrer l’apprentissage d’une langue étrangère. Ces chercheurs ont analysé l’accent étranger à l’âge adulte d’immigrants italiens vivant au Canada, et étant arrivés entre l’âge de 2 ans et 23 ans. Le constat est sans appel : plus les enfants sont arrivés tôt, meilleur est leur accent.

Bien sûr, cela ne signifie pas que l’on ne peut pas apprendre une langue étrangère plus tard, simplement que l’effort sera plus important… et l’accent moins parfait ! Vous n’avez donc au passage plus à rougir de votre accent français !

Apprendre l’anglais devant la télévision : une bien mauvaise idée

A ce stade, vous vous demandez peut-être comment faire pour apprendre l’anglais à votre enfant. Embaucher une nounou qui parle anglais ? Lui faire écouter des audios en anglais, ou même regarder des vidéos  ?

Bébé apprendre langage

L’étude réalisée par les chercheurs Kuhl, Tsao et Lin en 2003 nous enseigne trois principes clés à respecter :

  • L’échange avec une personne native de la langue permet à l’enfant d’apprendre langue concernée comme si c’était sa langue maternelle
  • Cela nécessite d’interagir avec l’enfant : votre enfant apprend de manière active, grâce aux interactions qu’il a avec son interlocuteurs. C’est d’ailleurs vrai pour tout type d’apprentissage !
  • Il est inutile de mettre votre enfant devant une vidéo ou de lui faire écouter un audio, les études ont très clairement démontré que c’était inefficace !

Concrètement, les 3 chercheurs ont étudié des bébés américains à qui l’on souhaitait « apprendre » le mandarin. 

Un premier groupe interagissait avec une nounou dont le mandarin était la langue maternelle, et qui leur parlait bien sûr en mandarin.

Un second groupe était simplement exposé à des vidéos et des audios.

Les résultats de l’étude sont sans appel : seul les enfants du premier groupe reconnaissaient par la suite les sons spécifiques du mandarin, aussi bien que si c’était leur langue maternelle. Aucune amélioration n’a en revanche été constatée chez le deuxième groupe.

Votre bébé peut oublier ce qu’il a appris

Votre enfant peut oublier aussi facilement ce qu’il a appris… si ses connaissances ne sont pas sollicitées pendant un laps de temps très important !

Ce sont les conclusions très claires d’une étude publiée dans Cerebral Cortex (référence en fin d’article). Des adultes d’origine coréenne adoptés entre 6 et 10 ans ont été testés, afin d’évaluer leur connaissance résiduelle du coréen. Bien qu’ils aient parlé cette langue pendant les premières années de leur vie, ils se sont révélés incapable de distinguer les phonèmes (sons) coréens des phonèmes japonais ou polonais. Bref, leur cerveau a fait le tri, ils ont oublié !

Les chercheurs ont également fait passer des IRM aux cobayes, montrant que leur cerveau traitait désormais le coréen comme une langue étrangère (les mêmes réseaux neuronaux s’activant pour le coréen, le japonais et le polonais).

Apprendre l’anglais à votre bébé : conclusion

Vous l’aurez compris, notre objectif n’est pas de vous encourager à faire de votre bébé un bilingue né !

Apprendre anglais

Il nous semble néanmoins intéressant de vous partager l’état de la connaissance scientifique sur l’apprentissage du langage, pour accompagner au mieux votre enfant quelque soit son âge.

Pour cela, rien de mieux que l’interaction réelle, régulière et durable avec des personnes dont c’est la langue maternelle… et exit les gadgets et méthodes audiovisuelles tenant parfois plus du marketing que de la science !

Etudes citées :

  • Pallier, Dehaene, Poline, LeBihan, Argenti, Dupoux et Mehler, 2003, Cerebral Cortex
  • Kuhl, Tsao, Lin, 2003, Proceedings of the National Academy of Sciences
  • Fledge, Munro et MacKay de 1995 : Average foreign accent rating from 240 native speaker of Italian who arrived in English-speaking Canada between the ages of 2 and 23, and 24 native english controls  – JASA
Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager :)
Petit mais costaud

Accédez gratuitement aux fiches pratiques, résumés d'articles et contenus exclusifs réservés aux abonnés