Dans cet article, nous vous parlons des petites pieuvres que nous rencontrons parfois en service de néonatalogie lorsque nos petits costauds nés en avance se retrouvent en couveuse.

Mais d’où viennent-elles ? Quelles est leur origine ? Quels sont leurs bienfaits ?

D’où viennent les pieuvres ?

Les pieuvres tricotées sont nées au Danemark en 2013, pour un premier bébé hospitalisé à l’hôpital de Skejby. Les soignants ont remarqué que le bébé tirait sur les tentacules tricottées de la pieuvre installée dans la couveuse plutôt que sur les tuyaux et les sondes.

Le projet a progressivement pris de l’ampleur. Le groupe Danois « Spruttegruppen » est né et avec lui, le projet « Sma Bläckfiskar » (« Petite Pieuvre »). Il s’est structuré autour du bénévolat. Le but : tricoter le plus de pieuvres possible afin qu’un maximum de bébés prématurés puissent en avoir une.

De nombreux pays se sont intéressés à ces pieuvres : la Suède, la Norvège, l’Islande, la France, la Belgique, l’Allemagne, l’Australie, etc. Les petites pieuvres sont présentes aujourd‘hui dans plus de 30 pays d’Europe !

La démarche initiée par Spruttegruppen fonctionne avec l’aide de bénévoles uniquement. Des ambassadeurs sont nommés dans les hôpitaux participant au projet et ils coordonnent les bénévoles tricoteurs.

Quels sont les bienfaits des pieuvres pour les bébés prématurés ?

Les petites pieuvres ne sont pas des doudous, elles sont de véritables objets thérapeutiques.

Les tentacules de la pieuvre permettent aux bébés prématurés de s’y accrocher plutôt que de tirer sur les fils de la couveuse destinés à l’alimentation et l’oxygénation. En effet, le bébé cherche à retrouver les sensations qu’il éprouvait in-utéro. Il cherche notamment à s’agripper au cordon ombilical. Les tentacules de la pieuvre lui permettent de retrouver cette sensation et d’éviter qu’il s’agrippe et tire sur les fils médicaux.

Il a aussi été observé que la présence des pieuvres avait un effet calmant sur les bébés prématurés. Leur rythme cardiaque diminuerait. Elles lutteraient donc contre le stress et apporteraient aux bébés du réconfort. En effet, les bébés prématurés en service de néonatalogie sont très sensibles aux stimulations apportées par l’environnement et en particulier le bruit, la lumière excessive, les soins fréquents. Cet environnement médicalisé peut provoquer beaucoup de stress chez le nouveau-né prématuré.

Si cet article vous intéresse, nous vous conseillons de lire également notre article sur “Le programme NIDCAP” (Neonatal Individualized Developmental Care Assessment Program ou en français, Programme Néonatal Individualisé d’Evaluation et de Soins de Développement). Créé par Heidelise Alsdoctoresse en psychologie à l’université d’Harvard, le NIDCAP est une réelle philosophie de soins qui considère que le nouveau-né prématuré est acteur de son propre développement, aidé par des soins individualisés. De plus, les parents deviennent de véritables coacteurs de ces soins.

Enfin, si le ou les parents dorment avec la pieuvre toute une nuit, celle-ci s’imprégnera également de leur odeur. Elle constituera ainsi un repère réconfortant pour le bébé lorsque ses parents seront absents. Le facteur olfactif est en effet très important pour lutter contre le stress et pour apporter de la sécurité affective.

L’Association Petite Pieuvre Sensation Cocon

Jacqueline Vandrebeck, ambassadrice de l’hôpital de Fontainebleau en Seine et Marne, a lancé le projet en 2014 pour la France et la Belgique avec l’autorisation du groupe Danois « Spruttegruppen. »

Les pieuvres sont tricotées ou alors crochetées selon un cahier des charges très précis : les matériaux utilisés, leur composition, la taille des tentacules, ainsi que celle des mailles, etc.

L’ambassadeur de l’hôpital concerné vérifie ensuite la conformité de la pieuvre reçue et celle-ci est lavée à 60°. Si la pieuvre réussit à passer tous les tests, elle ira prendre place dans une couveuse, auprès d’un bébé prématuré.

Même s’il n’existe pas de réelles études encore aujourd’hui sur les bienfaits des petites pieuvres, les équipes soignantes et les familles les observent au quotidien et constatent le réel intérêt de celles-ci auprès des nouveau-nés prématurés. Nous ne pouvons qu’espérer d’une part que des études scientifiques s’intéresseront bientôt aux bénéfices de ces pieuvres afin d’en préciser les modalités d’utilisation, et d’autre part qu’elles pourront le cas échéant accompagner le plus de petits costauds possible !

_____________________________________________________________________________________________________________

Sources

_____________________________________________________________________________________________________________

Nous vous proposons quelques autres articles qui pourraient vous intéresser :

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager :)
Petit mais costaud

Accédez gratuitement aux fiches pratiques, résumés d'articles et contenus exclusifs réservés aux abonnés