Que se cache-t-il derrière le doudou, cet objet souvent si cher au cœur de nos petits costauds ? A quels concepts psychologiques est-il lié ? Est-il indispensable ? Est-ce que tous les enfants en possèdent un ?

A travers cet article, nous allons aborder ce qu’est un doudou pour nos bébés et enfants, ses bienfaits et quelques autres informations utiles pour mieux comprendre son rôle !

Le doudou, un objet transitionnel ?

Qu’est-ce qu’un objet transitionnel ? C’est un concept développé par Winnicott, pédiatre et psychanalyste britannique. L’objet transitionnel, qui revêt le plus souvent la forme du doudou, est le premier objet auquel l’enfant va s’attacher. D’une certaine manière, c’est la première possession de l’enfant.

Winnicott qualifie l’objet de transitionnel car c’est le premier objet qui permet à l’enfant une transition entre lui et le monde extérieur. En effet, jusqu’à présent, l’enfant était tourné uniquement vers la relation à sa mère / à l’adulte de référence. Donc par cet objet transitionnel, par ce doudou, nos bébés vont découvrir petit à petit le monde extérieur qui les entoure. Et notamment, aller à la rencontre de d’autres personnes.

Le doudou est introduit par le parent mais ne vous y trompez pas ! C’est l’enfant qui va le choisir dans la mesure où bien évidemment, le parent propose plusieurs peluches à celui-ci. Il peut prendre différentes formes : peluche, lange, t-shirt de l’un des parents, petite couverture… Mais le plus souvent, le doudou est quelque chose d’assez doux, de réconfortant avec lequel l’enfant va s’apaiser, s’endormir.

Les bienfaits du doudou sur nos bébés

Le doudou accompagne généralement le bébé et l’enfant partout. Il va les aider à surmonter leurs angoisses comme notamment l’angoisse de séparation. Celle-ci arrive vers les 8 mois de l’enfant. L’angoisse de séparation correspond, selon  le site Psychologie.com, à “des manifestations plus ou moins importantes d’angoisse lorsque l’enfant est mis en présence d’un étranger en l’absence de sa mère”.

Pour en savoir plus, lisez notre article Comprendre l’angoisse de séparation.

Mais tout enfant n’a pas forcément de doudou ! Par exemple, un enfant gardé par son parent n’est pas confronté à la séparation.

Lorsque l’enfant est accueilli par un tiers comme la nounou, l’assistante maternelle ou encore en structure petite enfance, le doudou est un allié précieux ! Lorsque les parents ne sont pas présents, il constitue un solide partenaire pour faire face aux multiples angoisses qui peuvent apparaître dans la journée de l’enfant.

Le doudou va être le support de toutes les émotions, amour comme haine, pas seulement de ses angoisses. L’objet doit donc être assez résistant ! Et il est aussi important que le doudou rappelle les odeurs de la maison, des parents, qui sont des odeurs rassurantes ! C’est pourquoi, il ne faut pas le laver trop régulièrement même s’il peut parfois prendre une forme peu ragoûtante, tant par l’odeur que  l’usure !

Le doudou, cet objet transitionnel, accompagne l’enfant vers l’indépendance psychique et l’aide à se séparer de sa mère, de l’adulte de référence.

Le doudou à disposition ou pas ?

Faut-il laisser le doudou à disposition ou le donner à l’enfant seulement pour dormir ?

Pour remplir pleinement ses fonctions, il est essentiel que le doudou reste à la portée de l’enfant au cours de sa journée. C’est à l’enfant que revient le choix de l’avoir avec lui et de laisser de côté, tour à tour. En effet, il doit pouvoir en disposer comme il le souhaite.

Pour éviter que le doudou traîne partout dans la pièce, il peut, par exemple, être mis en place une caisse spécifique. Votre enfant pourra venir ranger son doudou quand il n’en a plus besoin. Et à l’inverse, venir le récupérer quand il en aura besoin. N’hésitez pas à la décorer avec votre enfant ! Cela vous permettra de le faire participer et donc de le rendre acteur. Il investira “la caisse à doudou” plus facilement.

Le doudou ne remplace pas l’adulte !

Le doudou a de nombreux bienfaits mais celui-ci ne peut pas répondre à touts les angoisses. En effet, si la séparation est trop brutale ou trop prolongée, l’objet est alors désinvesti de son rôle.

Si l’enfant n’est pas dans un attachement sécure, c’est-à-dire un attachement où l’adulte répond à ses besoins de manière adéquate et où l’enfant comprend qu’il peut lui faire confiance, alors l’objet transitionnel aura également du mal à remplir son rôle.

Le doudou ne doit pas non plus se substituer au réconfort par l’adulte par ses paroles et ses gestes. Si le doudou permet de supporter l’absence des parents, il ne peut pas être proposé comme solution à tout. Il perd cette fonction et il devient alors « fétiche. » En ce sens, l’enfant se créé comme une bulle où il nie l’absence et le manque de ses parents. L’enfant peut alors en devenir totalement « dépendant » et avoir du mal à s’en dégager, à le désinvestir.

Jusqu’à quel âge un enfant a-t-il besoin d’un doudou ?

Progressivement, l’enfant va se détacher de son doudou et aller davantage vers l’autre, vers les autres enfants. Vers l’âge de 2, 3 ans, il n’est pas rare de remarquer que l’enfant passe de plus en plus de temps sans son doudou. En effet, au fur et à mesure, il va le laisser de côté de plus en plus longtemps. Jouer en ayant ses mains disponibles, sans devoir tenir et transporter son doudou partout, c’est tout de même plus facile !

Puis vers 4, 5 ans ou parfois un peu plus tard, l’enfant se sépare complétement de son doudou. Du moins, durant la journée. Il se peut que votre enfant garde l’envie de dormir avec son doudou.

Notre conclusion sur le doudou de nos bébés

Le doudou peut donc prendre différentes formes et il sera choisi par votre bébé. Il est un réel allié, surtout si votre bébé est gardé par une personne tiers. Le doudou lui permettra de se rassurer, notamment grâce aux odeurs qui y sont imprégnées et qui le réconforteront. Il est important que votre enfant ait le choix de le prendre ou au contraire, de le laisser de côté durant la journée.

_____________________________________________________________________________________________________________

Sources

  • Article “Doudou, aide-moi à grandir !” d’Emmanuelle Seidel, Educatrice de Jeunes Enfants – L’EJE Journal n°44
  • Article “Doudou et compagnie” – Interview de Maryse Vaillant, psychologue clinicienne et écrivaine, par Laurence Rameau, directrice de rédaction – Journal des professionnels de la petite enfance n°76

_____________________________________________________________________________________________________________

Si vous souhaitez en savoir davantage sur le développement de votre bébé, nous vous proposons de lire nos articles sur :

Nous vous proposons également quelques lectures sur le doudou à lire et relire avec votre enfant :

  • Les doudous ” du Dr Catherine Dolto, Mine de Rien – Giboulées, Gallimard Jeunesse
  • Crocolou aime son doudou ” de Ophélie Texier, Actes Sud junior
  • Grodoudou et Moi ” de Didier Lévy, Selma Mandine – Gautier Languereau – Mes premiers Albums
Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager :)
Petit mais costaud

Accédez gratuitement aux fiches pratiques, résumés d'articles et contenus exclusifs réservés aux abonnés