Durant l’hospitalisation, les parents se trouvent dans une bulle protectrice. L’équipe médicale se tient à quelques pas de votre bébé pour intervenir en cas de problèmes et les machines vous renseignent continuellement sur l’état de santé de votre petit·e costaud. Mais de retour à la maison, nous devons reprendre nos marques, apprendre à faire confiance à notre bébé, à être confiant dans nos compétences également. Cette transition n’est pas toujours évidente, aussi un soutien parental, pour faire le pont entre l’hôpital et « l’après », peut être d’une grande aide. Quels sont donc les structures d’accompagnement des parents après la néonatalogie ? Dans cet article, nous vous proposons quelques pistes à explorer pour trouver du réconfort et se sentir rassurés.

L’accompagnement des parents après la néonatalogie.

Nous ne sommes ni médecins ni psychologues, nos contenus ne doivent pas être considérés comme des avis médicaux. Pour toute question médicale, consultez un professionnel.

1. Réseau CAMSP : une approche pluridisciplinaire pour soutenir les parents et suivre le développement des enfants

Les Centres d’actions médico-sociales précoces (CAMSP) sont des lieux de prévention, de soin et d’orientation présents partout en France. Ces espaces mettent en place un suivi global et pluridisciplinaire pour les enfants de 0 à 6 ans présentant des difficultés de développement ou des facteurs à risque, comme la prématurité. 

Le CAMSP propose un accompagnement complet pour votre enfant et vous, parents. Ce réseau a pour objectif de dépister d’éventuels déficits ou troubles, de favoriser le développement optimal de votre enfant, mais aussi de répondre à vos questions, de vous rassurer, de vous aider à développer vos compétences parentales et de vous soutenir d’un point de vue administratif. 

La prise en charge commence avec une première consultation médicale afin de définir les besoins spécifiques de l’enfant et des parents. Ensuite, différents rendez-vous sont proposés par le médecin avec les professionnels du CAMSP (psychomotricien·e·s, kinésithérapeutes, orthophonistes, etc.), ainsi que des ateliers de groupe.

Vous trouverez sur cette carte interactive la localisation des CAMSP.

2. Accompagnement périnatal pour une transition douce entre l’hospitalisation et le retour à la maison

Les accompagnant·e·s périnatal·e·s pratiquent un suivi personnalisé pour créer un pont entre l’hôpital et la maison. Après une période d’hospitalisation, les parents peuvent perdre leurs repères et le cadre rassurant de l’équipe soignante autour d’eux. La vie quotidienne se charge parfois d’appréhensions et les doutes se multiplient. Les accompagnant·e·s servent alors d’appui pour prendre confiance et vivre ce retour d’une manière apaisée. 

« Je souhaitais proposer une passerelle sereine entre l’hôpital et la maison pour les familles qui ne peuvent bénéficier d’HAD (Hospitalisation à domicile) lorsque le bébé arrive au domicile. »

Marie Tessier

Nous vous proposons de découvrir cette perspective enrichissante à travers deux interviews, celle de Marie Tessier, infirmière puéricultrice et créatrice de Bidiboo et celle de Marine Bien-Naître, accompagnante périnatale.

Quelles sont les structures d'aide et d'accompagnement des parents après la néonatalogie ?

3. Ateliers d’accompagnement des parents après la néonatalogie

Rendez-vous avec des spécialistes

Il est courant de consulter un·e ostéopathe spécialisé·e en périnatalité dans les jours qui suivent la naissance pour travailler sur les tensions accumulées à la suite de l’accouchement. Pour le bébé prématuré, cette visite permet aussi de traiter des tensions liées à l’hospitalisation, que ce soit en salle de naissance ou lors de soins post-partum. 

« L’intérêt d’une séance d’ostéopathie est de permettre à l’enfant de se libérer de ces contraintes, de soulager ces tensions, d’améliorer son confort et par là même, de lui permettre de mieux s’adapter dans la période néonatale. »  

Séverine Prat, ostéopathe.

De la même manière, une consultation avec un·e psychomotricien·ne propose des soutiens corporels pour favoriser le développement harmonieux des bébés :

« La psychomotricité est une thérapie à médiation corporelle basée sur le lien entre le corps et la vie psychique, affective et émotionnelle. Elle intègre les dimensions développementales, psychoaffectives et relationnelles. »

Sandra, psychomotricienne.

Les séances participent aussi à créer du lien entre les parents et leur enfant. Ces parenthèses permettent de partager ses doutes, ses questionnements et de bénéficier d’un soutien émotionnel important auprès des professionnels.

Rencontres pour mettre en place l’allaitement

Le sujet de l’allaitement est sensible, personnel, culturel, sociétal et nécessite un accompagnement prénatal afin de faire son choix de manière éclairée. 

Dans le cadre de la prématurité, la question de l’allaitement est d’autant plus complexe, comme l’explique Marie Tessier :

« On ne peut pas demander à une maman, qui ne se sent pas encore maman, dont la principale préoccupation est de savoir si son bébé va pouvoir survivre les prochains jours, si elle souhaite allaiter. C’est un peu comme lui demander de quelle couleur elle a prévu de peindre la chambre… ».

De ce fait, de nombreuses mamans ne savent pas comment procéder et, parfois, la prise en charge hospitalière ne permet pas de bénéficier des conseils nécessaires pour une mise en place sereine de l’allaitement ou du recueil de lait. Pour aborder cette question de l’allaitement de manière apaisée, vous pouvez vous rapprocher d’infirmier·ères, de sages-femmes ou d’accompagnant·e·s périnataux sous la forme d’une consultation ou d’un atelier.

Activités pour créer du lien et entrer en relation avec son bébé

Il n’existe pas de manuel pour devenir parent, nous apprenons tous en parcourant le chemin. L’expérience de l’hospitalisation bouleverse cependant cette découverte du rôle de parent et instaure parfois de la distance avec son nouveau-né. La rencontre avec son bébé se déroule dans un contexte hypermédicalisé qui ne favorise pas toujours la création d’un lien de proximité. Plusieurs techniques permettent néanmoins de remédier à cette situation et d’entrer en relation.

Tout d’abord, le peau à peau, aussi appelé méthode mère kangourou, consiste à porter votre bébé nu avec une couche contre votre poitrine nue ou celle de votre partenaire. Des recherches évoquent de multiples avantages pour cette pratique comme des phases d’éveil de meilleure qualité, un repos plus réparateur, une plus grande stabilité cardio-respiratoire ou une digestion facilitée. En plus de ces nombreux bénéfices, le peau à peau sert à se reconnecter, à créer une sphère intime, un cocon privilégié. 

Le portage constitue une autre méthode pratique et facile à mettre en place pour entrer en relation avec son bébé. Cette technique répond au besoin de protection et de sécurité de l’enfant, mais elle permet aussi de développer des compétences psychomotrices, socioaffectives et des capacités d’autorégulation. De plus, la proximité corporelle et l’observation de l’enfant permettent de soutenir les compétences parentales. Pour essayer cette pratique, nous vous recommandons d’assister à un atelier sur le sujet.

Une autre approche intéressante pour créer du lien avec son bébé est de s’appuyer sur des moments du quotidien comme le bain. La technique du bain enveloppé propose par exemple une expérience rassurante au cours de laquelle vous pouvez observer et échanger avec votre bébé. Pour aller plus loin, il existe également des séances thérapeutiques bain bébé qui constituent un véritable moment de bien-être. Marine Bien-Naître évoque les différences et les bienfaits du bain enveloppé et du thalasso bain bébé dans cette interview.

À travers un atelier ou à domicile, vous pouvez également pratiquer des massages pour entrer en relation avec votre bébé. Ce contact bienveillant soulage les tensions et apporte un véritable confort. 

Il existe bien sûr bien d’autres approches pour créer du lien avec son bébé et de nombreux ateliers spécifiques à découvrir et à expérimenter.

Où trouver du soutien après l'hospitalisation d'un bébé prématuré ?

4. Structures d’accompagnement et de soutien à la parentalité

Certaines structures offrent un accompagnement spécifique pour aider les parents à prendre leur place. Dans cette optique, des “maisons de la parentalité” proposent des rencontres avec des professionnels de la petite enfance, des ateliers d’éveil et de bien-être, ainsi que des groupes de parole et des conférences sur des sujets comme la santé ou le développement de l’enfant. 

Le service de protection maternelle et infantile (PMI), présent dans chaque département, assure également des rencontres avec une équipe pluridisciplinaire composée de médecins, sages-femmes, puéricultrices et psychologues pour vous épauler et vous orienter. Ces professionnels se chargent des examens et des vaccinations obligatoires jusqu’à 6 ans, du suivi de croissance, du développement affectif et psychomoteur, mais aussi du dépistage précoce d’éventuelles anomalies ou déficiences. La puéricultrice responsable du secteur peut par ailleurs vous rendre visite dans le service de néonatologie avant votre sortie de l’hôpital

Le service de soutien à la parentalité de l’AMDR propose une aide dans les tâches matérielles (ménage, courses, préparation des repas, etc.), dans le rôle éducatif (activités d’éveil, aide aux devoirs, etc.) et dans la gestion administrative. Vous pouvez chercher un espace proposant ce service près de chez vous

De nombreuses actions se développent en région et localement pour créer une communauté de familles, favoriser l’entraide et le partage, mais aussi lutter contre l’isolement. Dans cet article, nous avons recensé des associations d’aide à la prématurité qui œuvrent dans ce but. N’hésitez pas à les contacter ou à demander à votre service de néonatalogie des renseignements sur les actions proposées dans votre département.

5. Suivi auprès d’un·e psychologue pour obtenir un soutien moral

L’expérience de l’hospitalisation laisse souvent des séquelles. Plongés dans le tourbillon des examens, les parents ne prêtent pas toujours attention à leur état émotionnel. Une fois de retour à la maison, le passé ne disparaît pas et il laisse une trace au quotidien. Il n’est pas simple d’aborder ce vécu avec son entourage et les parents peuvent se sentir seuls ou démunis face à leurs ressentis. 

Le suivi auprès d’un·e psychologue permet d’évoquer sa culpabilité, ses doutes ou ses souvenirs afin de ne plus les garder enfouis. Vous trouverez dans cet annuaire une liste de psychologues spécialisés dans la parentalité. Vous pouvez affiner votre recherche en indiquant votre localisation. 

Les soignants de votre service de néontatologie peuvent également vous renseigner sur les praticiens proches de votre domicile, n’hésitez pas à vous rapprocher d’eux pour leur demander conseil.

Vers qui se tourner après l'hospitalisation de son bébé prématuré ?

6. Actions mis en place dans le cadre du projet des 1 000 premiers jours

Nous vous parlions dans un précédent article des 1 000 premiers jours, un concept en plusieurs volets puisqu’il définit d’abord une période clé pour le bon développement de l’enfant, mais aussi le rapport de la commission d’experts présidée par Boris Cyrulnik. À l’issue des résultats de cette recherche, des leviers d’actions ont été identifiés par le gouvernement pour favoriser l’accompagnement des familles

Désormais, le projet national des 1 000 premiers jours, piloté par le ministère des Solidarités et de la Santé et mené par partenaires de la Sécurité sociale, de Santé publique France, ainsi que des Agences régionales de santé (ARS) et des Directions régionales de l’économie, de l’emploi, du travail des solidarités (DREETS), suit les recommandations proposées. 

Même si ces mesures ne sont pas encore généralisées (nous espérons qu’elles le seront bientôt), certaines peuvent déjà exister près de chez vous. Pour plus de renseignements, nous vous conseillons de vous référer à votre service de néonatalogie qui connaît sûrement les actions spécifiques menées sur votre territoire.

Référent Parcours Périnatalité (RéPaP)

Le Référent Parcours Périnatalité propose un soutien sur la durée pour les parents en situation de vulnérabilité. En effet, cette personne assure la continuité de l’accompagnement des parents, de la grossesse aux trois mois de l’enfant. Le RéPaP maintient un lien entre les familles et les professionnels du secteur sanitaire, médico-social et social. 

Actuellement, le RéPaP est expérimenté depuis l’automne 2021 dans quatre territoires volontaires : CPTS Centre-Essonne, Pays de la Loire Touraine, Drôme et Guyane. Il s’adresse aux parents souhaitant bénéficier de cette ressource et prioritairement à ceux en situation de vulnérabilité.

Service d’accompagnement à la périnatalité et à la parentalité pour les personnes en situation de handicap

Cette action vise à soutenir et accompagner les parents en situation de handicap dans leur projet d’enfant et jusqu’à sa majorité. Les parents bénéficieront ainsi des ressources proposées par les régions en fonction de leurs attentes et de leurs besoins. 

Actuellement, ce service est expérimenté depuis 2021 dans cinq régions : Île-de-France, Grand Est, Nouvelle-Aquitaine, Centre-Val de Loire, Guyane et Corse.

Unités parents-bébés ou les équipes mobiles périnatales

Dans le cadre du projet des 1 000 premiers jours, l’objectif est d’installer 5 à 10 nouvelles unités parents-bébés et 15 à 20 équipes mobiles en psychiatrie néonatale. L’objectif est de renforcer la prise en charge des détresses psychologiques.

Par ailleurs, la France expérimente également le suivi à domicile des bébés prématurés. Le dispositif reste cependant restreint aux familles dont le domicile se situe à proximité du lieu d’implantation d’un service de néonatalogie dans le but de simplifier l’intervention d’une équipe mobile.

Après l’encadrement de l’hôpital, le retour à la maison peut paraître déstabilisant et solitaire. Néanmoins, vous n’avez pas à traverser cette période seul. De nombreux interlocuteurs se tiennent à vos côtés pour continuer l’aventure de la parentalité, vous soutenir et répondre à vos questionnements. En plus des structures d’accueil et des rendez-vous d’accompagnement, accordez-vous aussi du temps pour prendre soin de vous et récupérer de l’hospitalisation en demandant de l’aide à votre entourage ou en soufflant quelques minutes avec une méditation. À notre échelle, nous souhaitons aussi cheminer avec vous dans cet apprentissage, vous découvrirez sur notre blog de nombreux sujets liés à la prématurité et à la parentalité

Nous serions heureux de recevoir votre témoignage sur les accompagnements qui vous ont soutenu après le passage dans le service de néonatalogie. Si vous le souhaitez, vous pouvez nous partager votre histoire sur notre page contact, en message privé sur nos réseaux sociaux (Facebook et Instagram) ou dans les commentaires de cet article.

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager :)